NOTRE

CONFÉRENCIERS

Rita Abrahamsen.png

RITA AMBRAHAMSEN

Professeur titulaire à l’École supérieure d’affaires publiques et internationales de l’Université d’Ottawa.

est professeure titulaire à l’École supérieure d’affaires publiques et internationales et Directrice du Centre d’études en politiques internationales (CÉPI) à l’Université d’Ottawa. Ses intérêts de recherche portent sur la politique africaine, la sécurité et le développement, la privatisation de la sécurité, et les théories postcoloniales. Elle est l’auteur et la rédactrice de quatre livres, elle a publié de nombreux articles parus dans des revues prestigieuses, elle était corédactrice en chef de la revue African Affairs, l’une des mieux cotées dans le domaine des études africaines, de 2009 à 2014, et elle commente fréquemment les affaires politiques africaines.

Betty Baba.png

BETTY BABA

Professeur à  l’Université d’Ottawa.

Ses intérêts d’enseignement et de recherche sont liés à son expertise en genre et développement en Afrique. Son domaine d’expertise englobe le genre, la migration et l’implantation, les inégalités sociales au Canada et en Afrique, le genre, les conflits et la paix, la violence contre les femmes, et le féminisme transnational.

Luisa Veronis 1.JPG

LUISA VERONIS

Professeure agrégée
Géographie, environnement et géomatique

Luisa Veronis est professeure agrégée de géographie, environnement et géomatique à l'Université d'Ottawa (Canada). Inspirée par les approches féministes et communautaires, ses recherches portent sur les géographies sociales et politiques de la migration (im), la colonisation, l'appartenance et la formation de l'identité chez les groupes de migrants et les groupes minoritaires dans les villes canadiennes. Luisa a participé à divers projets de collaboration et interdisciplinaires portant sur les expériences de groupes minoritaires dans la ville transfrontalière d'Ottawa-Gatineau, les influences des conditions environnementales sur la migration internationale au Canada, l'immigration francophone en situation minoritaire et la résilience des immigrants en milieu urbain. .

Commanda.png

CLAUDETTE COMMANDA

Une Anishinabe algonquine de la Première nation Kitigan Zibi Anishinabeg située dans la province de Québec. Diplômée de la Faculté de droit (section de common law) et de la Faculté des arts de l’Université d’Ottawa

Diplômée de la Faculté de droit (section de common law) et de la Faculté des arts de l’Université d’Ottawa, Claudette a consacré ses 30 dernières années à la promotion des peuples, de l’histoire, de la culture, et des droits des Premières Nations à divers titres en tant qu’une élève à l’Université d’Ottawa, une professeure, membre et présidente du Aboriginal Education Council, et via l’art oratoire. Elle est une professeure à l’Institut d’études féministes et de genre, la Faculté d’éducation, la Faculté de droit, et le Programme d’études autochtones de l’Université d’Ottawa, enseignant des cours à propos des femmes des Premières nations, l’éducation autochtone, les peuples des Premières Nations et leur histoire, les traditions autochtones, et la décolonisation. De plus, elle est Directrice exécutive de la Confédération des centres éducatifs et culturels des Premières Nations, un organisme national qui protège et promeut la culture, les langues, et les connaissances traditionnelles des Premières Nations. Elle fait partie de la Société honorifique de common law, et elle a exercé deux mandats au Bureau des gouverneurs de l’Université des Premières Nations du Canada, et trois mandats au Conseil de bande de Kitigan Zibi. En 2017, Claudette a été la première aînée en résidence d’un patrimoine des Premières Nations de la Faculté de droit de l’Université d’Ottawa, et la première personne d’un patrimoine des Premières Nations à être nommée au Bureau des gouverneurs de l’Université d’Ottawa. Claudette est une fière mère de quatre enfants et une grand-mère de dix beaux petits enfants.

peter jones.jpeg

PETER JONES

Professeur titulaire à l’École supérieure d’affaires publiques et internationales de l’Université d’Ottawa.

Peter Jones est titulaire d'un doctorat en études sur la guerre au Kings 'College de Londres et une maîtrise en études sur la guerre au Collège militaire royal du Canada. Avant de s’intégrer à l’Université d’Ottawa, il a occupé le poste d’analyste principal au Secrétariat à la sécurité et au renseignement du Conseil privé du Canada et a occupé d’autres postes liés aux affaires internationales et à la sécurité au ministère des Affaires étrangères et au ministère de la Défense nationale. Il a également dirigé pendant quatre ans le projet relatif à la sécurité et à la maîtrise des armements au Moyen-Orient de l'Institut international de recherche sur la paix de Stockholm (SIPRI) en Suède. Il dirige actuellement plusieurs initiatives de la voie deux en Asie du Sud et au Moyen-Orient. Il est l'auteur de Track Two Diplomacy: Théorie et pratique (Stanford University Press, 2015), ainsi que de nombreux autres articles et articles scientifiques sur Track Two et d'autres aspects de la diplomatie.

Thomas Juneau Oct 2015.png

THOMAS JUNEAU

Professeur adjoint à l’École supérieure d’affaires publiques et internationales à l’Université d’Ottawa

Ses intérêts de recherche portent principalement sur le Moyen-Orient, en particulier sur l’Iran et le Yémen. Il s’intéresse également à la politique étrangère et de défense du Canada, aux théories des relations internationales, et à la relation entre le renseignement et les politiques. Il est l’auteur de Squandered Opportunity : Neoclassical realism and Iranian foreign policy(Stanford University Press, 2015), et l’éditeur de Strategic Analysis in Support of International Policy-Making: Case studies in achieving analytical relevance(Rowman & Littlefield, 2017). De 2003 à 2014, il travaillait au ministère canadien de la Défense nationale.

Ruparelia - headshot.jpg

RAKHI RUPARELIA

Professeur associé - Faculté de droit

La professeure Rakhi Ruparelia est professeure agrégée de droit à l'Université d'Ottawa, où elle donne des cours sur la justice sociale ainsi que sur la race, le racisme et le droit. Après avoir terminé ses études supérieures à la Harvard Law School, elle a rejoint le centre de défense des réformes pénitentiaires de Cincinnati, dans l'Ohio, où elle a créé et dirigé une clinique juridique communautaire pour aider les ex-détenus confrontés à des problèmes juridiques qui les empêchent de réintégrer la société. Elle a également une formation en travail social, une perspective qu'elle apporte à ses recherches sur le racisme dans la justice pénale, la violence à l'égard des femmes et d'autres questions juridiques qui touchent de manière disproportionnée des communautés racialisées. Elle a siégé au Comité permanent national sur l'équité de l'Association du Barreau canadien (ABC) et au comité directeur national de l'Association nationale Femmes et Droit (ANFD). En outre, la professeure Ruparelia a dispensé une formation judiciaire au droit des agressions sexuelles et à la violence entre partenaires intimes et a collaboré avec l'Institut national de la magistrature pour organiser une formation antiraciste à l'intention des juges.

Photo de Christabelle 2.jpg

CHRISTABELLE SETHNA

Professeure à l’Institut d’études féministes et de genre de l’Université d’Ottawa.

Elle est une historienne qui a recherché l’histoire de l’éducation sexuelle, la contraception, et l’avortement. Elle s’intéresse particulièrement aux politiques sexuelles et de reproduction pendant la première et la deuxième vague du féminisme, la Deuxième Guerre mondiale, et la guerre froide. Son travail est financé par le Conseil canadien de recherches en sciences humaines. Son dernier livre, coécrit avec le Dr. Steve Hewitt de l’Université de Birmingham au Royaume-Uni, est Just Watch Us: RCMP Surveillance of the Women’s Liberation Movement in Cold War Canada (McGill-Queens 2018). Sa compilation, coécrite avec la Dr. Gayle Davis de l’Université d’Edinburgh au Royaume-Uni, est Abortion Across Borders: Transnational Travel and Access to Abortion Services (Johns Hopkins), et sera publiée au printemps 2019.

jena_mcgill.jpg

JENNA MCGILL

Professeure agrégée à l’Université d’Ottawa, Faculté de droit. 

Elle a obtenu un LL.B. de l’Université d’Ottawa, une M.A. de l’École des affaires internationales Norman Paterson de l’Université Carleton, et un LL.M. de l’Université Yale. Sa recherche porte sur la loi constitutionnelle, les droits à l’égalité et les droits humains, et particulièrement sur des questions à propos du genre, de la sexualité, et de la loi. Elle a publié des oeuvres à propos de l’exploitation sexuelle et les abus sexuels dans les opérations de maintien de la paix des Nations Unies, la politique pénitentiaire au Canada, et la jurisprudence de la Cour suprême du Canada en matière d’égalité aux termes de l’article 15 de la Charte canadienne des droits et libertés.

McKenna.jpg

IAN MCKENNA

Professeur à l'Université Ottawa

Enseigne la philosophie appliquée à des étudiants peu méfiants à l’Université d’Ottawa depuis 10 ans après avoir obtenu son doctorat en philosophie. Au fil du temps, il a trouvé le temps de mener des enquêtes fascinantes liées aux droits humains, à la sécurité nationale, à la surveillance, et à l’éthique. Quand il ne cherche pas la sagesse et la vérité, il bouge généralement des choses lourdes à Nation Strength ou tente d’estropier ou d’étrangler ses amis du Centre Evolution BJJ.

Musu.jpeg

COSTANZA MUSU

Professeure à l'Université d'Ottawa

...

GBokhari uottawa.jpg

GHANNIA BOKHARI

Chercheur stagiaire en matière d'intérêt public à la clinique commémorative Barbra Schlifer

Ghannia est diplômée de la faculté de droit de l'Université d'Ottawa. Elle exerce dans les domaines du droit de l'immigration, du droit des réfugiés et du droit de la famille. Elle travaille dans le secteur de la violence à l'égard des femmes et milite pour la promotion et la protection des victimes de la violence sexiste, de la violence domestique et de la traite des êtres humains. Actuellement, elle offre une assistance juridique et des services aux victimes de violence sexiste, aux femmes réfugiées et aux femmes au statut d'immigration précaire, par le biais de sa bourse de stage à la clinique commémorative Barbra Schlifer.

Michael Williams.jpeg

MICHAEL WILLIAMS 

Professeur titulaire à l’École supérieure d’affaires publiques et internationales de l’Université d’Ottawa.

Ses intérêts de recherche sont les théories en relations internationales, les études en sécurité, et la pensée politique. Son plus récent livre (écrit avec Rita Abrahamsen) est Security Beyond the State: Private Security in International Politics(Cambridge University Press, 2011). Ses articles ont été publiés dans des revues périodiques prestigieuses, dont l’European Journal of International Relations, International Organization, International Studies Quarterly, Millennium, et le Review of International Studies.

desrosiers.jpg

MARIE EVE DESROSIERS

Professeur associé à l'École de développement international et mondialisation

Marie-Eve Desrosiers est professeure agrégée à l’École de développement international et mondialisation. Elle est spécialiste des questions de sécurité et conflit dans les pays en développement. De manière plus spécifique, elle étudie les crises politiques et conflits civils, ainsi que les enjeux de mobilisation derrière ceux-ci, les enjeux identitaires, les relations État-société et l’autoritarisme. Ses plus récentes recherches portent entre autres sur les modèles de causalité dans les conflits identitaires et les trajectoires autoritaires au Rwanda. Ses recherches ont été publiées dans des revues telles que : African Affairs, Civil Wars, Ethnopolitics et le Journal of Global Security Studies.  

restez en contact!

  • Facebook Social Icon
  • Twitter
  • Instagram
  • TikTok
This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now